Publiés récement...


     

jeudi 23 mars 2017

Chronique : Les Originels, tome 1 : La naissance de Charlène Gros-Piron


Les Originels, tome 1 : La naissance

Charlène Gros-Piron


Editions : Anyway 
Date de parution : 19 Juillet 2016
Genre : Fantastique, Young Adult
Prix : 18.90€ (version papier)
              6.99€(version numérique)


4ème de couverture : 


« Quatre adolescents découvrent à quinze ans qu’ils ont été élus par les éléments primaires : Eau, Feu, Terre et Air. Sans comprendre pourquoi ni comment, les voilà contraints de s’entraîner pour éviter d’engendrer des catastrophes surnaturelles, continuer à mener une vie normale et… survivre, accessoirement. Parce qu’entre amour, humour et amitié viendront se glisser quelques mercenaires bien préparés pour les éliminer. Sauront-ils résister ?


Quand la frontière entre le rêve et la réalité n’existe pas… »




     Avant tout, je tiens à remercier Charlène Gros-Piron pour sa confiance. Lorsqu’elle m’a proposé de m’envoyer ses deux premiers tomes pour recueillir mon avis, j’ai été très touchée. Intriguée après avoir lu le résumé, j’ai accepté cette adorable proposition. Et en plus, j’ai eu une gentille dédicace dans chacun (encore merci Charlène). Je remercie également mon petit Koala, Momoko du blog Mo Comme Mordu. C’est elle qui a suggéré à Charlène de m’envoyer ses livres. C’était donc une belle occasion d’en faire une lecture commune.


     Avec son prologue, Charlène Gros-Piron annonce la couleur et nous met l’eau à la bouche. Nous y faisons la connaissance de Cécile Praesidia, notre narratrice, une adolescente de 15 ans. C’est à travers elle et ses souvenirs que nous découvrons l’histoire des Originels. Cécile nous présente également ses compagnons d’aventure. Il y a d’abord son amie d’enfance, Shaïna. Et du côté des garçons, l’espiègle Nicolas et son meilleur ami Sébastien. Sans crier gare, tous les quatre vont se retrouver dotés de pouvoir en relation avec les éléments : l’eau, le feu, l’air et la terre. 

« Je continuais de glisser, et les signaux de l’eau devenaient de plus en plus urgents, effrayés. Je pouvais presque les sentir. J’avais très peu de temps devant moi. Quasiment pas, en fait. Il fallait que je me ressaisisse vite, sinon j’allais plus que rapidement mourir. Et… comment dire ? Cela ne faisait absolument pas partie de mes plans concernant l’avenir. »

     Dans ce tome, Charlène Gros-Piron nous introduit brillamment son univers. Les traits de caractère de chacun correspondent intelligemment à l’élément dont il détient le pouvoir. J’ai beaucoup aimé les garçons et Shaïna (certainement parce que j’ai un peu le même tempérament qu’elle ^^). En revanche, je dois avouer que j’ai eu un peu plus de mal avec Cécile. Et je le regrette, car au début, elle me faisait sourire et je la trouvais très intéressante, perspicace et réactive. Finalement, son humour et ses longues réflexions intérieures ont eu raison de moi et m’ont fait lever les yeux au ciel plusieurs fois. Surtout lorsque ses pensées intervenaient à certains moments critiques pour nos héros. Mais grâce à notre LC, Momoko m’a rappelé le jeune âge de notre narratrice. Un âge qui pourrait expliquer son comportement. En ayant donc ce détail en tête, j’ai continué ma lecture, moins agacée. 

     Avec ces petits défauts, cet opus me laisse sur un sentiment mitigé. Mais Charlène Gros-Piron a une plume agréable et arrive habilement à retranscrire les émotions de ses personnages. Toute la force de ce tome réside dans l’univers captivant et intriguant qui est développé. J’ai également énormément apprécié les descriptions faites par l’auteur. Ainsi, le lecteur arrive aisément à visualiser les paysages et les lieux dans lesquels évoluent nos jeunes héros.

     Quoiqu’il en soit, ce tome regorge de rebondissements, d’actions et de révélations. Malgré quelques longueurs, les chapitres s’enchaînent sans qu’on s’en rende compte. Et les derniers se dévorent carrément ! J’ai vu certains événements arriver, mais Charlène Gros-Piron m’a complètement prise au dépourvu à la fin de ce tome !! Un conseil, ayez le second sous la main, car l’auteur lâche une petite bombe juste avant le point final !

Ma note : 7.5/10 

La chronique de Momoko : ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire