Publiés récement...


     

jeudi 26 mai 2016

Chronique : La nostalgie heureuse de Amélie Nothomb

La nostalgie heureuse

Amélie Nothomb

Edition : Albin Michel
Date de parution ; 21 Août 2013
Genre : Autobiographie
Prix : 12,50€

4ème de couverture : 

"Tout ce que l’on aime devient une fiction." 



    Je n’avais plus lu d’Amélie Nothomb depuis « Barbe bleue » qui ne m’avait pas beaucoup plu. Avec « La nostalgie heureuse », je renoue avec l’auteur que j’avais tant aimé en lisant « L’hygiène de l’assassin ». Une lecture pleine d’esprit et de belles métaphores.

    Il fallait que je lise ce livre parce que j’ai su grâce au reportage « Une vie entre deux eaux » que le thème du roman serait le Japon. C’est de ce pays que vient l’auteure et le sujet retraçait son enfance.  Puis quand j’ai vu le prix, je me suis dit que j’attendrai la version poche. Mais quelle horreur cette couverture, ! Alors merci l’occasion sur ce coup ! Cette photo d’Amélie Nothomb en couverture est tellement jolie !
    
    Ce livre retrace donc les événements qui se sont enchaînés depuis la proposition de reportage par l’équipe de France 5, jusqu’au voyage de retour du Japon.
    Amélie Nothomb y décrit les craintes qu’elle avait en retournant au pays du soleil levant. Ce qu’elle a ressenti en retrouvant sa nounou, son premier amour et la nostalgie qu’elle éprouve en retrouvant son ancienne école. Ou encore ce qu’il reste de ses souvenirs après la catastrophe de Fukushima.
« Pour traduire combien je suis nostalgique de mes jeunes années dans le Kansai, j’entends l’interprète dire « nostalgic » au lieu de l’adjectif « natsukashii », que je tiens pour l’un des mots emblématiques du Japon.… « Natsukashii » désigne la nostalgie heureuse, répond-elle, l’instant où le beau souvenir revient à la mémoire et l’emplit de douceur. Vos traits et votre voix signifiaient votre chagrin, il s’agissait donc de la nostalgie triste, qui n’est pas une notion japonaise. »
    Le livre est très émouvant et on se laisse submerger par les émotions transmises à travers les mots d’Amélie Nothomb. Elle arrive à faire ressentir beaucoup de choses alors que ses émotions étaient seulement entraperçues dans le reportage.  
   Au fil de ma lecture, j’ai pu noter plusieurs titres de l’auteure que je n’ai pas encore lu. Ils ont directement atterris dans ma Wish-List, notamment « Stupeur et Tremblement » et « Ni d’Eve ni d’Adam ».  J’espère pouvoir me les procurer bientôt, car maintenant que j’ai repris goût à la plume d’Amélie Nothomb et je ne tarderai pas à la relire avec plaisir.

    À lire, donc, si vous aimez Amélie Nothomb et la culture nippone.


Ma note : 7/10

2 commentaires:

  1. J'avoue que je ne suis pas très Amélie Nothomb mais pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en lirai pas tous les jours mais, de temps en temps, c'est agréable ;)

      Supprimer