Publiés récement...


     

samedi 22 octobre 2016

Chronique : Le prisonnier de la Liberté de Patricia Demoulin



Le prisonnier de la liberté

Patricia Demoulin 


Edition : Librinova
Date de parution ; 1 septembre 2016
Genre : Roman, Chick-Lit
Prix : 3.99€ pour la version numérique
  13.90€ pour la version papier

4ème de couverture : 


« À 40 ans, Bruno est un homme au charisme séduisant, qui sourit à la vie. A l'opposé de son frère, Olivier, dont l'allure et le regard reflètent le triste sentiment d'être accablé par l'existence.
Adepte du loto, Bruno joue les mêmes chiffres depuis des années. Un jour, suite à un contretemps, il demande à son frère de valider son billet pour lui. Olivier assiste par hasard au tirage et constate avec stupéfaction que Bruno a coché les 6 bons numéros.
Il est envahi par la rage et la jalousie. Non seulement, Bruno va empocher le jackpot, mais il est aussi parvenu à séduire la ravissante serveuse du restaurant d'Olivier. C'en est trop pour lui.
Écœuré, il décide de s'enfuir avec la cagnotte. Il saisit ainsi pleinement la chance qui semble lui échapper depuis toujours et se rêve en homme libre, loin de cette existence morose, débarrassé de toutes contraintes matérielles...
Mais parviendra-t-il à tirer un trait sur son passé? »






    Avant tout, je tiens à remercier l’équipe de Librinova pour leur confiance et l’envoi de ce roman.

  Librinova est une plateforme d’autoédition qui aide les auteurs à publier leur roman. Dans un premier temps publiés sous format numérique, les auteurs peuvent également choisir la commercialisation papier. S’ils arrivent à trouver le succès avec leurs lecteurs, Librinova devient au bout de 1000 ventes numériques leur agent  et les accompagne vers un éditeur traditionnel.

    J’aime beaucoup le principe. On peut tomber sur des petites pépites, comme cela a été visiblement le cas pour « Un merci de trop » de Carène Ponte, aujourd’hui publié chez Michel Lafon.

    Quand Librinova m’a proposé de lire « Le prisonnier de la Liberté », je me suis dit pourquoi pas ? Le résumé laissait présager une satire sociale et m’a quelque peu intrigué. J’ai toutefois été un peu surprise de le trouver dans la catégorie Chick-Lit. Je m’attendais plutôt à un roman contemporain. Un peu dans le genre de « Une place à prendre » de J.K. Rowling. Finalement, je ressors de cette lecture en étant assez sceptique. Tant par ce que j’ai lu que par le genre. C’est un OVNI difficile à classer dans une catégorie propre. 


    Tout commence comme une romance contemporaine. Les premiers chapitres nous  présentent les personnages. Nous rencontrons les deux frères, Bruno et Olivier. Le premier travaille dans un bureau et même si son emploi ne le satisfait pas complétement, il lui permet de vivre convenablement. Le second tient un restaurant. Il a l’impression de trimer sans cesse pour survivre et s’imagine que son frère obtient tout ce qu’il souhaite sans peine. Nous faisons également la connaissance de Valérie, la nouvelle employée d’Olivier.  Malgré elle, elle va attiser la jalousie d’Olivier envers son frère.

"Olivier se dirige vers la cuisine en ressentant une forte colère monter en lui. Il se souvient des filles dont il était tombé amoureux, mais qui n'avaient d'yeux que pour son frère, de la manière cavalière dont Bruno se comportait envers elles. Toutes ces frustrations subies au fil des ans remontent en lui comme une violente tempête."

    Même si le style est un peu lourd de descriptions anodines, comme le réveil laborieux d’un des personnages, l’auteur arrive à nous intéresser à leurs histoires.

     Et puis arrive le moment où Olivier vole le gain de son frère Bruno. Très vite la réaction de Bruno quand il s’en aperçoit nous paraît légitime. Qui ne serait pas en colère en se rendant compte d’une telle trahison de la part de son propre sang ? Mais sa colère l’entraîne alors vers un événement qui va changer la donne. C’est à partir de ce moment  que le roman prend une voie surprenante.

    Les chapitres suivant retranscrivent l’évolution d’Olivier par alternance avec celle de Valérie. J’ai apprécié cette construction du récit même si elle se fait d’un point de vue externe. Elle nous permet d’avancer dans le roman sans se lasser et donne les éléments nécessaires à attiser notre curiosité pour connaitre le fin mot de l’histoire.

    Malheureusement, même si le roman se lit vite, même si je me suis laissée entraîner par l’histoire, je n’y ai pas vraiment adhérer. Trop de passages m’ont fait lever les yeux au ciel par leur côté moralisateur. Trop moralisateur pour moi…  Je me serais cru en train d’écouter le sermon d’un prêtre lors de la messe du dimanche… Cela dit, ce n’est pas vraiment un reproche car, même si ça fait un peu « cliché » cela convient très bien au lieu où se déroulent ces passages. Et ce ressenti est vraiment purement personnel. Ce qui m’a un peu plus dérangé par rapport au récit, ce sont les dialogues qui semblent venir d’un autre temps. Un temps où les hommes faisaient la cour à leur dulcinée durant un temps infini, tout en les vouvoyant même après un baiser volé.  Attention, je ne veux pas dire que je n’ai pas aimé ces dialogues, bien au contraire. Ce qui m’a dérangé, c’est qu’ils ne correspondent pas à l’histoire qui nous est racontée. Cette histoire se déroule « maintenant » et de nos jours, plus personne ne parle comme ça. J’ai également été gênée par la solution de facilité qu’a adoptée l’auteure pour terminer le roman. Nulle besoin d’utiliser un fantôme/esprit pour savoir que la roue tourne et que nous sommes vite rattrapés par nos mauvaises actions. Cela donne au récit un aspect irréel et fantastique qui ne coïncide pas au roman. C’est dommage, « Le prisonnier de la Liberté » avait un bon potentiel et des thèmes intéressants.

    En bref, « Le prisonnier de la liberté » aurait mérité d’être plus travaillé mais la plume de Patricia Demoulin reste attachante. Et même si je ressors très mitigée de cette lecture, je lirai avec plaisir ses prochains écrits.

Ma note : 5/10



1 commentaire: